Proverbes avec le mot "Mère"

De sa mère on sèvre l'enfant par du riz ; de sa mère on sèvre la jeune fille par un mari.

La mère aime tendrement, le père solidement.

Le plus grand amour est l'amour d'une mère, vient ensuite l'amour d'un chien, puis l'amour d'un amant.

La méthode pour éduquer ses enfants : le fils ne doit pas quitter son père, la fille ne doit pas quitter sa mère.

La mère est celle qui prend le couteau par la lame.

Les oiseaux ne laissent qu'un chant éphémère ; l'homme passe, mais sa renommée survit.

L'oisiveté est la mère de tous les vices.

Ce n'est pas le jour où tu es bien habillé que tu rencontres ta belle-mère.

Dieu ne pouvait être partout, alors il a créé la mère.

Chacun a père et mère, mais rien de plus difficile à trouver qu'un frère.

Assis sur les genoux d'une mère pauvre, tout enfant est riche.

Un enfant ne reprochera jamais à sa mère d'être laide, un chien ne reprochera jamais à son maître d'être pauvre.

Un homme aime le plus l'amie de son coeur, le mieux sa femme, mais sa mère le plus longtemps.

La mère d'un homme assassiné dort ; mais non pas la mère d'un assassin.

Dans la prospérité, on a besoin d'un père ; dans l'adversité, d'une mère.

Quand la mère meurt, le père devient un oncle.

Le singe n'abandonne pas sa queue, qu'il tient soit de son père, soit de sa mère.

Si tu ne trouves pas d'ennemi, songe que ta mère en a mis un au monde.

Belle-mère, fût-elle de sucre, est amère.

L'amour d'une mère est toujours dans son printemps.

Une mère nourrit plus facilement sept enfants que sept enfants une mère.

Ce qui atteint le coeur de la mère ne monte qu'aux genoux du père.

Le singe est toujours une gazelle dans les yeux de sa mère.

L'échec est la mère du succès.

La belle-mère et la bru dans la même maison sont comme deux chats dans un sac.

Quand on achète une maison, on regarde les poutres ; quand on prend une femme, il faut regarder la mère.

On n'est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais d'avoir perdu l'espoir.

L'enfant est l'argile, la mère est le potier.

L'amour d'une mère remonte des profondeurs de l'océan.

Toute mère est un fleuve.

La bouillie de sarrasin est notre mère, le pain de seigle est notre père.

A moins d'être stupide et sourd, il est difficile d'être une belle-mère ou un beau-père.

Heureuse la femme qui épouse un homme qui n'a point de mère !

En prenant l'enfant par la main, on prend la mère par le coeur.

Une fille, brave fille, deux filles, assez de filles, trois filles, avec la mère, quel tourment pour un père.

Un fils qui fait verser des larmes à sa mère peut seul les essuyer.

A la maison, on compte sur sa mère, en voyage, on compte sur les murs.

Chaque belle-mère est un morceau de la culotte du diable.

Personne ne sort avant du ventre de sa mère.

Le jour est le père du labeur et la nuit est la mère des pensées.

La beauté est soeur de la vanité et mère de la luxure.

Trois filles et leur mère : quatre démons pour le père.

Un fils peut devenir prince, une fille deviendra mère.

La mère punit et frappe son enfant ; mais aussitôt après, elle le couvre de baisers.

La terre est une mère qui ne meurt jamais.

L'avarice est la mère de tous les maux.

Une chemise de toile cousue par sa mère est chaude, une chemise de laine cousue par une étrangère est froide.

Cookies