Proverbe chinois

Le sage se demande à lui même la cause de ses fautes, l'insensé la demande aux autres.

Le fond du coeur est plus loin que le bout du monde.

Il faut faire vite ce qui ne presse pas, pour pouvoir faire lentement ce qui presse.

Le mariage est comme une place assiégée : ceux qui sont dehors veulent y entrer, et ceux qui sont dedans veulent en sortir.

Celui qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit.

Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.

Une maison en paille où l'on rit, vaut mieux qu'un palais où l'on pleure.

Les mots que l'on n'a pas dit sont les fleurs du silence.

Qui cache ses fautes en veut faire encore.

A force d'être malade on finit par devenir un bon médecin.

Le premier mariage d'une femme, c'est l'affaire des parents ; son deuxième mariage, c'est sa propre affaire.

Qui a fermé sa porte est au fond des déserts.

Ne vous mettez pas en avant, mais ne restez pas en arrière.

Un moment de patience peut préserver de grands malheurs, un moment d'impatience, détruire toute une vie.

Un homme laid ne doit pas reprocher au miroir d'être de travers.

Si élevé que soit l'arbre, ses feuilles tombent toujours à terre.

Sauver la vie d'un homme vaut plus que de construire une pagode de sept étages.

L'eau courante ne se corrompt jamais.

Un tout petit caillou peut briser une grande jarre.

Un bonheur aplanit cent malheurs.

Avec du temps et de la patience, les feuilles de mûrier se transforment en robe de soie.

Les excès tuent plus sûrement que les épées.

Quand mille personnes prennent la route, il en faut une pour prendre la tête.

Rendre service aux autres c'est se rendre service à soi-même.

Un jour de loisirs, c'est un jour d'immortalité.

Interroger cent personnes, c'est connaître cent choses.

Quand le malheur vous tombe sur la tête, il est trop tard pour regretter.

Ce ne sont pas les puces des chiens qui font miauler les chats.

On gagne toujours à taire ce qu'on n'est pas obligé dire.

On devrait gouverner un grand empire avec autant de simplicité que l'on fait cuire un petit poisson.

Est sage celui qui connaît les autres.

Quand le bateau est au milieu du fleuve, il est bien tard pour réparer l'avarie.

La fortune est pour la vie ce que la rosée est pour l'herbe.

Tant que les mots restent dans la bouche, ils sont à soi ; sitôt prononcés, ils sont à tout le monde.

En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé.

Quand une parole est lâchée, même quatre chevaux seraient en peine pour la rattraper.

Il est préférable de se faire tuer à coups de bâton que de mourir de peur.

Servir un prince, c'est comme dormir avec un tigre.

La méthode pour éduquer ses enfants : le fils ne doit pas quitter son père, la fille ne doit pas quitter sa mère.

Celui qui ne parle ni ne rit ne connaît rien à la vie.

Hier, aujourd'hui, demain, sont les trois jours de l'homme.

Il est plus facile de déplacer un fleuve que de changer son caractère.

Dix veilleuses ne valent pas une lampe.

Le poisson voit l'appât et non l'hameçon.

Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament.

Les vagues ne se lèvent pas s'il n'y a pas de vent.

Deux yeux échangent leurs regards et les êtres existent.

Cookies